Page 1 sur 1

Cols des Alpes-Maritimes

Posté : 06 avr. 2021 11:06
par robert
Bonjour, je me propose dans ce sujet de partager au fil du temps quelques informations sur les cols autour de Nice. Je commence par ma sortie de dimanche dernier, au Mont Lion, avec trois cols à la clé. Si les cols des Alpes-Maritimes vous intéressent, vous pouvez vous abonner au sujet par la petite clé anglaise : "Surveiller ce sujet". N'hésitez pas à compléter, à questionner, à corriger mes dires, bonne lecture.

Cols des Alpes-Maritimes

Posté : 06 avr. 2021 11:08
par robert
Le Mont Lion se trouve dans l'Estéron, il forme un repli sur le versant sud du Mont Vial. Si depuis le Mont Vial on le regarde de haut, il culmine quand même à plus de 1000 mètres, et trois cols se trouvent sur ses pentes : le FR-06-0721 Collet, la FR-06-0836 Brèche de Carbonnière et la FR-06-0940a Baisse des Concias.
R0010563.JPG
De Nice on prend la piste cyclable le long du Var, puis direction Gilette. Le sommet se fait voir de loin (Totor on Bike au premier plan). A la sortie de Gilette il faut prendre à droite la route vers Tourette-du-Château (Toudon, Ascros, …). En chemin on peut voir les objectifs : Baisse des Concias et Collet. 2 km après avoir rejoint la route de Bonson, il y a sur la gauche une petite route avec un panneau « Domaine du Mont Lion ». Elle est goudronnée au début, puis devient une piste en terre, mais très roulante. J’espérais arriver jusqu’au col par cette piste mais un portail barre la route, avec panneaux « interdit, attention aux chiens » etc. Je repars donc en arrière pour faire le tour par le sentier (balise 47). Le sentier monte rudement au début, ensuite il devient plus plat et même cyclable par endroits et on rejoint la piste qui descend de Tourette-du-Château. Je me suis posé la question en arrivant là s’il n’aurait pas été plus facile de continuer sur la route jusqu’au village puis de descendre par cette piste plutôt que de passer par le sentier, mais difficile à dire : plus de dénivelé d’un côté mais sur la route, passage en montée sur un sentier raide de l’autre.
De là en tout cas il n’y a plus qu’à descendre un petit bout de piste pour arriver au premier col, le Collet. Il y a là un carrefour de deux pistes, avec le panneau du col : tout droit c’est la Baisse des Concias et le sommet du Mont Lion, à droite c’est direction la brèche de Carbonnière, où je suis allé en premier. Le parcours se fait en aller-retour, le début est sur une large piste, où on est quand même obligé de mettre pied à terre dans un passage raide et raviné. Juste avant que la piste se mette à descendre, il ne faut pas rater le sentier sur la gauche (petit cairn). Au début il garde à peu près la même orientation ouest que la piste qu’on vient de quitter mais il oblique vite direction sud. Après une séance de poussage/portage moyennement difficile, j’arrive au col, où les arbres cachent pas mal la vue en contrebas.
Revenu au Collet je prends direction le Mont Lion et traverse un petit pré. J’arrive à rouler une centaine de mètres, mais très vite la pente oblige à mettre pied à terre. Le sentier est large, presque une piste, mais il est très raide et le poussage est difficile, sans répit jusqu’en haut. Enfin j’arrive à la Baisse, où se trouve le carrefour entre le sentier qui monte au sommet et un autre qui descend vers Gilette. Je laisse là mon vélo, car il n’y a plus de col au dessus, et finis le court chemin jusqu'au sommet. Là bien sûr paysage magnifique à 360° : en face le Var et le bec de l’Estéron, à droite la crête des Ferres, avec la grosse cicatrice de l’éboulement de 2018, et plus loin la vallée de l’Estéron, à gauche la madone d’Utelle et derrière moi l’antenne du Mont Vial. En me penchant un peu (mais pas trop ça fait peur), j’aperçois presque la brèche de Carbonnière.
Pour le retour, après avoir envisagé la descente vers Gilette, je suis finalement rentré par le même chemin qu’à l’aller, car j’ai eu peur au dernier moment que l’autre descente se révèle beaucoup plus longue.
Mon album photos : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/195
Fichier gpx reconstitué :

Cols des Alpes-Maritimes

Posté : 06 avr. 2021 12:14
par DenisCS
Bonjour
" il y a sur la droite une petite route avec un panneau « Domaine du Mont Lion »"
Sur la gauche, plutôt ?
Belle description !
Rajouter des données "d'effort" : km et D+ depuis Gilette, par exemple ?
Il faut une imagination certaine pour voir un col à la Baisse des Concias. Sur la carte, le seul col du coin est à l'est à 43.867332ºN 7.144909ºE, à 903 m d'altitude.

Cols des Alpes-Maritimes

Posté : 06 avr. 2021 12:28
par Daniel 45
Bonjour,

Belle description, je surveille le sujet !

Cols des Alpes-Maritimes

Posté : 06 avr. 2021 12:29
par robert
DenisCS a écrit : 06 avr. 2021 12:14 Bonjour
" il y a sur la droite une petite route avec un panneau « Domaine du Mont Lion »"
Sur la gauche, plutôt ?
Belle description !
Rajouter des données "d'effort" : km et D+ depuis Gilette, par exemple ?
Il faut une imagination certaine pour voir un col à la Baisse des Concias. Sur la carte, le seul col du coin est à l'est à 43.867332ºN 7.144909ºE, à 903 m d'altitude.
Jusqu'à ma mort je confondrai ma droite et ma gauche, j'ai corrigé.
Il y a quand même un repli sur la montagne, en tout cas quand on arrive à la baisse on voit la différence de pente ;)
Le D+ et le km je sais pas trop, de toute façon ça veut pas dire grand-chose parce qu'à hisser son vélo dans du 30% on parcourt pas beaucoup de chemin.
P.S. : je viens de rajouter un .gpx du parcours, reconstitué à partir de mon gps et d'un site de traçage pour les parties manquantes.

Baisse du Sueil, Baisse de Suorcas

Posté : 08 avr. 2021 11:35
par robert
Pour cette sortie, effectuée le 28 mars 2021, je suis allé visiter deux cols qui ne sont pas (encore) au catalogue. Mais ils sont répertoriés par l'IGN et on les trouve sur le cadastre de Lantosque, je me suis donc dit qu'ils avaient de fortes chances d'être officialisés tôt ou tard et m'y suis rendu en avant-première.
Ces deux cols très proches l'un de l'autre se trouvent sur une crête latérale de la Vésubie, orientée est-ouest, située entre le vallon de Saint-Colomban au sud et le vallon qui monte de la Bollène vers le Turini au nord. Ce sont les deux triangles verts sur la carte :
Suorcas IGN.JPG
Je suis passé par Peira-Cava, en montant on peut apercevoir la Baisse de Suorcas à travers la forêt. Je quitte la route pour une piste sur la gauche, dans un virage à droite 4,5 km après Peira-Cava. Si on vient de l'autre côté, la piste est sur la droite, 2,5 km après le col de Turini (la Croisette sur la carte). Ce n'est pas l'accès le plus facile, le sentier s'est révélé ardu.
Le tout début est une piste qui devient très vite un sentier. Si comme moi on se retrouve face à un précipice, il faut revenir un peu en arrière et chercher le vrai sentier qui descend sur le versant nord. Il y a un passage à flanc de rocher, avec des marches fixées dans la pierre et un câble pour se tenir sur la gauche, tout en portant le vélo de la main droite. La suite n'est pas facile non plus, avec des marches très hautes par endroits. J'ai rencontré là un couple de randonneurs qui m'a accompagné jusqu'à la baisse de Suorcas, parce que c'était leur chemin mais aussi j'ai eu l'impression parce qu'ils se faisaient du souci de me voir trimbaler un vélo sur un tel parcours :) Une fois ces passages délicats franchis, j'arrive à la Baisse de Sueil puis rapidement à la Baisse de Suorcas.
J'avais prévu de regagner la route par le même chemin, mais vu les difficultés rencontrées à l'aller je n'avais pas trop envie de repartir en sens inverse. En plus du sentier de crête par lequel j'étais venu, il y a à la baisse de Suorcas deux sentiers qui descendent de chaque côté. Je me suis décidé pour le versant nord qui rejoint la piste de Tardeï, mais je ne peux pas dire si l'autre, qui se dirige vers les granges de la Maïris, aurait été mieux ou moins bien. Le sentier que j'ai pris était dans la forêt, pas trop cyclable au début, avec en plus des troncs tombés en travers, mais malgré tout beaucoup plus facile que l'autre. J'ai même pu faire en vélo la dernière partie, à part la rampe qui rejoint la piste (à gauche du poteau). Cette piste d'après la carte remontait jusqu'au Turini, mais plus j'avançais plus il y avait de neige, j'ai donc emprunté la branche qui rejoint le Pra d'Alart et suis remonté par la route jusqu'au col du Turini. A partir de là j'avais 50 km de descente pour rentrer à la maison, avec en prime le plaisir de me faire doubler par Tadej Pogacar qui s'entraînait pour le tour du Pays Basque :)
Mon album photos: http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/194
Le parcours tel qu'on peut le trouver sur le site de l'IGN :

Cols des Alpes-Maritimes

Posté : 13 avr. 2021 11:32
par Régis Paraz
Bonjour,

J'ai prévu un circuit routier autour de la Turbie au mois de juin. J'ai prévu de faire la jonction col du Mont Gros col de la Tuilerie et j'ai vu sur la carte qu'il y a 2,5 km non revêtus. Comment se présente la piste ? Est-ce cyclable avec un vélo de route et des pneus de 28 ?

Amicalement

Cols des Alpes-Maritimes

Posté : 13 avr. 2021 11:43
par robert
Oui, je l'ai fait avec mon vélo de route, c'est une piste en terre battue http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... ategory/25
C'est le col de la Coupière sur le terrain

Cols des Alpes-Maritimes

Posté : 13 avr. 2021 11:50
par DenisCS
Bonjour
J'avais prévu le même circuit en avril 2020. Reporté en avril 2021 because confinement
Et reporté encore !
Je m'étais posé la même question, avait interrogé les "locaux" (Gérard Birelli et Gerard Fillion Robin) et avais abouti à la même conclusion : ça doit passer en vélo de route !

Cols des Alpes-Maritimes

Posté : 13 avr. 2021 14:10
par Régis Paraz
Merci pour vos réponses. Yapluka...

Graissant, Beccas, Capelette

Posté : 14 avr. 2021 10:36
par robert
Trois cols se trouvent à cheval entre les vallons de la rive droite de la haute vallée de la Bevera, en contrebas donc de la crête qui sépare cette rivière de la Vésubie : FR-06-1085b Pas de Graissant, FR-06-1278 Baisse de Beccas et FR-06-1020a Pas de la Capelette. On accède à tous par la piste de l'Albarea qui, suivie de la piste de la Beccas, amène jusqu'au village de Moulinet.
graissant.JPG
De Nice, on remonte la vallée du Paillon jusqu'au FR-06-1008 Pas de l'Escous, à partir duquel on arrive dans la vallée de la Bevera. La piste de l'Albarea commence dans la troisième épingle après ce col. Elle n'est pas goudronnée mais est en très bon état, et monte gentiment jusqu'à la baisse de Beccas. Deux kilomètres après avoir quitté la route, il ne faut pas rater sur la droite, juste après un virage à gauche, la piste qui descend vers le pas de Graissant. Elle est très pentue et ravinée, parsemée de gros cailloux sournoisement recouverts par les feuilles mortes, il est pratiquement obligatoire de mettre pied à terre. Elle s'améliore un peu en arrivant au col où un sentier coupe la piste qu'on vient de descendre. Il faut ensuite remonter vers la piste de l'Albarea et continuer en direction de la baisse de Beccas. La piste de l'Albarea se termine lorsqu'elle rejoint celle de Beccas, qui descend de la baisse de Peira-Cava sur la crête de la Vésubie. De là, une petite descente amène très vite à la baisse de Beccas.
Trois kilomètres plus loin, un virage sur la gauche découvre un large panorama sur la conque de Sospel, avec au sud les monts qui la séparent du littoral : Mulacié, Gramondo, Razet et Mont Ours, et le pas de la Capelette sur la crête en contrebas. Un petit sentier amène au col, 200 m plus bas en altitude (il vaut mieux le faire en descente). Le panneau du col se trouve à un carrefour de sentiers, il faut continuer un peu sur la crête pour arriver à la position officielle. On repart ensuite direction nord, par un sentier qui ramène à la piste qu'on a quittée pour descendre au col. Il est largement cyclable, domine de très haut la vallée de la Bevera et offre de belles vues sur les cols de la crête d'en face : baisse de Déa, baisse de Linière, ...
Une petite montée sur la gauche ramène finalement à la piste où l'on descend vers la chapelle Saint-Michel. De là on a le choix entre rejoindre directement la route ou tourner à gauche pour atteindre le village de Moulinet. Il ne reste alors plus qu'à rentrer, en ayant gardé des forces pour passer le col de Braus qui ramène vers Nice.
Album photo : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/196
Trace gpx :

Plateaux de Caussols et de Cavillore

Posté : 21 avr. 2021 10:36
par robert
Les plateaux de Caussols et de Cavillore se trouvent au nord de Grasse, séparés l'un de l'autre par le FR-06-1118 Col de l'Ecre. Ils font partie avec le plateau de Calern d'un ensemble plus vaste de plateaux et sommets délimité par Grasse au sud, par la vallée du Loup à l'est et au nord, et à l'ouest par divers vallons secondaires de la Siagne et du Loup, entre lesquels on trouve les FR-06-1108 Col de la Sine et FR-06-1041 Col du Ferrier.
Entre la Colle du Maçon et le Haut Montet qui sont les deux sommets formant la limite sud du plateau de Caussols on trouve le FR-06-1260b Col du Clapier et sur le rebord sud du plateau de Cavillore on a deux cols pour le prix d'un, les FR-06-1030 Col de Cavillore (col ouest de Cavillore sur les balises des sentiers) et FR-06-1010 Col est de Cavillore. De par leur proximité je présente ces trois cols dans le même sujet, même s'il m'a fallu plusieurs visites pour les atteindre tous.
Caussols.jpg
Ma première visite a eu pour objectif le col du Clapier. Le moyen le plus direct pour l'atteindre aurait été de prendre la petite route qui se détache de la route principale un peu avant le col de l'Ecre pour traverser le sud du plateau, et de la suivre jusqu'à une piste, suivie d'un sentier, qui amène au col directement. Mais j'avais envie d'ajouter à mon parcours la grimpée du Haut-Montet, un des sommets du plateau, qu'on voit de très loin surmonté de la grosse boule blanche d'un radar. Le départ est le même, il faut tourner à gauche dans le chemin des Claps avant le col de l'Ecre, mais tourner à nouveau à gauche quelques centaines de mètres plus loin.
Très vite la route est barrée par un portail qui empêche l'accès des véhicules, mais à vélo il suffit de contourner quelques rochers pour pouvoir continuer. L'ascension vers le Haut-Montet se fait difficilement, sur une petite piste cimentée aux pentes très raides, mais la vue récompense des efforts. Les paysages s'ouvrent dans toutes les directions : Gelas, Mounier, Puy de Tourrettes,Esterel (un peu dans la brume), ... Enfin j'arrive au sommet. De là une belle piste descend en direction du col de Clapier. Le sentier le plus emprunté semble être celui qui part sur la droite un petit kilomètre après le sommet, mais attiré que j'étais par la piste, je l'ai suivie jusqu'au bout, où elle se finit abruptement au bord du plateau. De là un petit sentier permet d'atteindre le col du Clapier sans trop de difficultés. Ensuite, comme dit plus haut, on rejoint très vite la route goudronnée, où l'on peut prendre à droite, à gauche ou tout droit selon où l'on souhaite se diriger.
Photos de la sortie : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/150
Ma sortie enregistrée sur Strava : https://www.strava.com/activities/2040537196

Il m'a fallu deux tentatives pour atteindre les cols de Cavillore. Pour la première j'avais choisi l'approche par la piste qui quitte la route de Caussols juste après le col de l'Ecre. Il faut la quitter tout de suite pour prendre une autre piste beaucoup moins marquée qui part à droite. J'ai commencé par crever là et j'ai longuement galéré pour la réparation à cause des valves qui n'étaient pas adaptées à la pompe (OK, OK, c'est ma faute :)). Une fois reparti je me trompe une première fois de chemin, je prends la piste tout droit alors que j'aurais dû tourner à gauche. Je me rends quand même vite compte de mon erreur, reviens sur mes pas et retrouve la piste qui me fait arriver sur le haut du plateau.
De là un sentier aurait dû m'amener jusqu'aux cols, mais je le perds, je dois crapahuter au milieu des rochers et des buissons, tant et si bien qu'une fois retrouvé le sentier, le temps que j'ai perdu, la perspective du long parcours qui m'attend encore, où je n'étais pas à l'abri d'une nouvelle méprise, ainsi que l'inconfort d'être avec une chambre à air de moins, m'ont fait rebrousser chemin. Cela m'a quand même permis de profiter d'une jolie vue assez inhabituelle sur la route qui traverse le plateau de Caussols.
Les photos (floues, quand tout va mal ...) de ma sortie avortée : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/161

Un peu échaudé, j'ai laissé passer un bon moment avant de m'attaquer à nouveau à ces cols. Je n'avais pas trop envie de réessayer côté col de l'Ecre. La solution la plus facile aurait été de passer par Gourdon, monter par le sentier ouest et descendre par le sentier est (ou vice-versa) mais le parcours manquait d'aventure et emprunter avec mon vélo un itinéraire pratiquement 100% pédestre me chiffonnait un peu. Finalement, je réalise qu'une piste à l'air à peu près cyclable, au moins au début, permet l'accès depuis le nord et le village de Cipières.
Pour aller à Cipières depuis Nice, on remonte la vallée du Loup pratiquement de son embouchure. De la Colle-sur-Loup à Pont-du-Loup, la vallée prend le nom de Vallon Rouge, à partir de Pont-du-Loup on arrive dans une partie encaissée, les gorges du Loup, au milieu desquelles se trouve la cascade de Courmes.
Au pont de Bramafan, la route de Cipières quitte le fond du vallon et monte le long du versant ouest. Au milieu de la montée, la vue vers la face sud du Cheiron est toujours impressionnante, particulièrement ce jour-là avec un saupoudrage de neige, insolite à la mi-avril.
Un peu avant Cipières, dans un virage à droite, une petite route part sur la gauche. Elle est goudronnée en partie, en tout cas elle monte bien,
et permet d'arriver jusqu'à une ferme. A partir de là la piste reste toujours large et bien visible mais la pente et les cailloux obligent à mettre pied à terre pour la montée qui suit.
On rejoint une ancienne voie romaine à la balise 162 après laquelle on peut un peu pédaler mais très vite la montée et le poussage reprennent. On pénètre dans la forêt juste avant d'arriver au point haut du parcours. En se retournant on découvre le plateau qu'on vient de traverser. Deux lacets au milieu des arbres permettent de sortir du bosquet et de découvrir l'arrivée au col (sentier en tout petit à gauche). A partir de là on peut pédaler par moments, de plus en plus au fur et à mesure qu'on s'approche du col ouest de Cavillore, qui se trouve sur le bord du plateau et d'où les vues sont magnifiques.
Il faut ensuite repartir en arrière pour se rendre au col est et tourner à droite à la première balise. Le sentier permet toujours de pédaler au début mais en approchant du col il se disperse un peu. Je rate la branche principale sur la gauche et continue tout droit sur une variante, ce qui me permet de découvrir une belle vue sur les barres de Cavillore. Je rejoins finalement le col où je n'ai plus qu'à descendre le sentier pour retrouver la route. Avant d'arriver, je me retrouve face à une bifurcation. La piste de gauche semble plus large, je la prends donc mais elle se transforme peu après en sentier. Après étude des cartes au retour, il me semble que je me serais retrouvé sans doute plus rapidement sur des parties roulantes en allant tout droit, à confirmer sur le terrain.

Album photo de la sortie : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/197
Trace gpx :

Col de Rabon, Baisse de Loda, Baisse de Béasse

Posté : 25 avr. 2021 18:56
par robert
Les FR-06-0856b Col de Rabon, FR-06-0870 Baisse de Loda et FR-06-0860a Baisse de Béasse sont trois cols très proches l'un de l'autre, sur le territoire de la commune de Lantosque (à la limite avec Lucéram pour les deux derniers). Ils se trouvent à cheval entre deux vallons de la Vésubie, le vallon de Saint-Colomban au nord et le vallon des Vernes, un affluent de l'Infernet, le ruisseau qui descend dans la Vésubie depuis le col de la Porte, au sud.
béasse.JPG
Le moyen le plus aisé pour accéder à ces cols m'a semblé passer par Loda, où une petite route amène jusqu'à des antennes installées au sommet de la crête des Martourins, au dessus du hameau. J'ai donc pris pour m'y rendre un chemin que je connais bien, par Lucéram, le col Saint-Roch et le col de la Porte. Dans la descente du col de la Porte, après la remontée qui amène à Loda, au lieu de rebasculer vers Lantosque comme habituellement, je prends à droite une petite route bien pentue qui commence par quelques lacets, puis un passage sur une crête parallèle à la Vésubie et continue à nouveau par des lacets jusqu'au hameau des Crottes, où quelques maisons sont regroupées autour d'un semblant de place.
A mi-chemin de la montée, un panneau m'indique le col de Rabon à droite, mais je préfère continuer par la route. A partir des Crottes, le goudron se dégrade sérieusement, la première épingle pentue et gravillonneuse poserait sans doute des difficultés avec un vélo de route, mais aucune en VTT. Un peu plus haut, un virage hors de la forêt offre une vue fantastique sur la Vésubie et les cimes du Mercantour. La route continue avec de fortes pentes et un revêtement un peu abîmé par endroits jusqu'aux antennes du sommet.
De là il faut faire demi-tour et prendre un sentier à gauche juste avant la première épingle de la descente. Ce sentier longe le flanc nord de la crête des Martourins en surplombant le vallon de Saint-Colomban. J'ai la chance de le trouver entièrement cyclable, légèrement descendant qui plus est, et je suis donc très vite au col de Rabon. Après le col de Rabon, le sentier est toujours plat et facile à rouler mais il est surtout très vertigineux et je préfère donc marcher prudemment à côté de mon vélo.
Alors que je pensais que le sentier allait m'amener directement à la baisse de Loda, je me rends compte en m'approchant qu'il passe bien en contrebas. Plutôt que de perdre deux minutes pour retourner au col de Rabon, je bataille dix minutes à grimper un talus au milieu des fourrés, pour me rendre compte arrivé à la crête qu'il s'agit d'une véritable autoroute. Pour ceux qui voudraient s'y rendre, l'accès le plus facile à la baisse de Loda est certainement de monter directement sur la crête à partir du col de Rabon.
Une fois revenu sur le sentier principal (et qu'il a quitté la falaise) je recommence à pédaler. Un petit passage caillouteux en montée me fait mettre pied à terre mais je peux remonter sur mon vélo avant d'arriver à la baisse de Béasse, dernier col de la journée. De là, je choisis de descendre directement par un sentier pédestre vers le hameau de Gorblaou, pour rejoindre plus rapidement la route, mais apparemment le parcours privilégié par les vététistes est le sentier qui part vers le sud pour rejoindre la route du col de la Porte. Au choix.

Album photo complet : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/198
Trace gpx enregistrée (avec crapahutage pour rejoindre la baisse de Loda)

Col de l'Authion, Gorge de Sauma Longa

Posté : 29 avr. 2021 14:17
par robert
Je suis allé chercher ces deux cols, FR-06-1424 Col de l'Authion et FR-06-1145 Gorge de Sauma Longa, qui se trouvent entre divers vallons de la rive droite de la Vésubie, au prix d'une belle sortie. Ils sont d'un accès moyennement aisé à partir de la route et de la piste des Granges de la Brasque, qu'on monte côté Tinée et qu'on descend vers Lantosque dans la Vésubie. Géographiquement la FR-06-1117 Baisse de Cangelard se trouve sur une crête intermédiaire mais ne peut être enchaînée facilement avec ces deux cols, ce sera pour une autre fois.
NB : je suis allé à ces cols en juillet 2020. En octobre, la tempête Alex a ravagé la montagne. La route des Granges de la Brasque a été coupée 8 km après la Tour. Tant que ce paragraphe est là, c'est que je ne sais pas si elle est rétablie.
Authion-Sauma.JPG
Pour aller dans la Tinée, on peut remonter le Var par la piste cyclable de la berge ouest jusqu'au pont Charles-Albert que l'on traverse. On se trouve alors sur la route principale du Var, puis de la Tinée où il peut y avoir un peu de circulation. Dans la montée vers la Tour on est plus tranquille et après la Tour on est pratiquement seul au monde.
Environ 13 km après la Tour, dans un épingle, il faut aller tout droit pour prendre la piste forestière. Elle amène très vite au col des Fournés (d'où part aussi le sentier vers le Brec d'Utelle). On continue la piste et on peut apercevoir le col de l'Authion sur sa crête. Deux kilomètres après le col des Fournés, dans un virage à gauche, il faut prendre une piste sur la droite, où se trouve une petite maison de forestier. Dans la première épingle de cette piste, un sentier descend sur la droite et amène sur la crête herbeuse du col de l'Authion.
Il faut ensuite faire demi-tour et revenir jusqu'à la première piste qui rejoint la route goudronnée après une belle montée. On est très vite aux Granges de la Brasque où se trouve un ancien camp de chasseurs alpins plus tard transformé en colonie de vacances (souvenirs de juillet 1973). A partir de là la route n'est plus goudronnée et c'est une piste en terre qui descend vers Lantosque. Après 2,5 km, il faut tourner à droite et ne pas prendre tout droit la piste qui descend vers Roquebillière. Encore 3 km de descente et on rejoint un autre embranchement de la piste de Roquebillière. De cette jonction part le sentier qui va à la Gorge de Sauma-Longa. Après avoir grimpé un talus très court, on se retrouve sur une piste assez large et plate où l'on pédale facilement, jusqu'à un virage où elle devient un peu plus dure. Lorsqu'elle se termine, on aperçoit le col, et il faut prendre un petit sentier qui monte à gauche. Il serpente en contrebas de la crête, il faut essayer de trouver un passage pour la rejoindre et ainsi arriver au col.
Ce sentier rejoint peut-être, d'après la carte IGN, la piste de Lantosque un peu en contrebas, mais j'ai préféré la solution la plus sure et revenir à la piste là où je l'avais quittée. De là il est possible de descendre vers Lantosque, l'itinéraire le plus direct pour rentrer à Nice, ou vers Roquebillière si on préfère.

Album photo : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/185
Trace gpx (tracée sur internet) :

Mont Agel

Posté : 02 mai 2021 06:28
par robert
Situé à l'est des Alpes-Maritimes, le Mont Agel plonge directement dans la mer du haut de ses 1151 m. Tout le sommet fait partie du territoire de la commune de Peille, mais Gorbio, Roquebrune, Beausoleil et la Turbie se partagent aussi ses pentes. Son emplacement en fait un lieu privilégié pour les télécommunications en tout genre, son sommet étant occupé au sud par un centre radar de l'armée de l'Air, installé dans un ancien fort, et sa partie nord par un centre de radiodiffusion. Il est donc truffé d'antennes mais aussi de cols. Six cols routiers le cernent dans toutes les directions, dont le célébrissime col de la Madone, et deux cols plus rustiques, les FR-06-1045a Baisse des Cabanelles et FR-06-1063 Pas des Cabanelles occupent sa crête sommitale.
De la Turbie, au sud donc, on peut monter (à condition de faire fi des panneaux "Route Militaire. Entrée interdite") presque jusqu'au sommet, en tout cas jusqu'au portail du fort, par une route goudronnée dont les lacets sont numérotés comme à l'Alpe d'Huez. L'accès aux deux cols qui nous intéressent se fait quant à lui côté nord, à proximité immédiate du col de la Madone.
Agel.JPG
Cent mètres avant le col de la Madone si l'on vient de Peille ou la Turbie, ou 100 m après si l'on arrive de Sainte-Agnès, commence la petite route qui amène aux antennes. Après deux kilomètres, près de la bergerie (attention aux chiens), on doit contourner une barrière pour continuer sur la route dont le goudron se dégrade un peu. 500 mètres plus loin, il faut profiter d'une petite portion herbeuse sur la gauche pour rejoindre une piste juste à côté. Si l'on reste sur la route à ce moment-là, on se retrouve de toute façon très vite arrêté par un portail du centre de radiodiffusion.
De la piste nouvellement rejointe, un sentier part tout de suite vers la baisse des Cabanelles. Ce col se trouve entre deux cimes secondaires du Mont Agel, la Cime de Gariglian côté nord, et la Cime des Cabanelles au sud. Le club des Cent Cols situe la baisse des Cabanelles au début du sentier mais il serait dommage de ne pas aller jusqu'au panneau du col.
Il faut ensuite retourner à la piste et la continuer jusqu'au sommet de la cime des Cabanelles, où se trouve une tour de guet contre les incendies et d'où l'on jouit de vues très larges aussi bien vers Menton que vers Nice. On y découvre aussi la crête étroite qu'il va falloir suivre jusqu'au Pas des Cabanelles. Du sommet des Cabanelles, il faut descendre et prendre un sentier assez tourmenté et rocailleux où, vers la fin heureusement, une conduite cimentée permet de faire progresser le vélo plus facilement pour arriver finalement au Pas des Cabanelles.
Le moyen le plus rapide pour rentrer est de refaire en marche arrière le parcours de l'aller, jusqu'à la route du col de la Madone.

Autour du Mont Agel

Posté : 02 mai 2021 08:32
par robert
Avant de quitter le Mont Agel, quelques lignes sur trois cols qui, sans faire partie du Mont Agel, ne s'en trouvent pas loin.

D'abord le FR-06-0790 Col de Bausson. La route qui monte de Sainte-Agnès au col de la Madone contourne la cime de Biancon qui se trouve à l'extrémité sud-est de la Montagne de Baudon. Entre ces deux sommets se trouve le col de Bausson. Quelques centaines de mètres après le croisement des routes de Menton, Sainte-Agnès et du col des Banquettes, direction col de la Madone, on tourne à droite dans une petite route pentue. On peut la continuer jusqu'au bout, elle n'est pas longue, pour profiter de ses lacets bien raides et de sa vue vers Sainte-Agnès jusqu'à une maison dont on se dit que les occupants ne doivent pas être dérangés par les voisins. Mais si l'on veut aller au col il faut prendre le sentier sur la gauche après la première épingle. Il est très raide et très rocheux, difficile de hisser un vélo sur ces pentes. Juste avant d'arriver au col on rentre dans la forêt, on continue ensuite le même sentier pour rejoindre la route du col de la Madone.

Ensuite le FR-06-0930 Pas de la Piastre. Il se trouve sur un repli du versant nord-est de la cime de Baudon, entre le vallon des Banquettes et un vallon du Borrigo. Il s'atteint par le col des Banquettes. Un sentier part directement de ce col et monte très raide dans le forêt, jusqu'au Pas de la Piastre. Non loin du col, on peut profiter de belles vues vers Menton, Castellar et le Roc d'Ormea. Le sentier permet de redescendre vers Sainte-Agnès a priori, mais je suis repassé pour rentrer par le col des Banquettes.

Enfin, le FR-06-0550 Collet des Colettes. Pour le rejoindre, on monte à Peillon, un joli village situé au bout de trois kilomètres de montée depuis la route de la Grave-de-Peille. Juste avant d'arriver au village, on tourne à gauche vers l'auberge et le cimetière (comme on préfère). Dans la dernière épingle avant le cimetière, on va tout droit pour prendre un sentier qui commence par quelques marches. Au carrefour de sentiers juste au-dessus, il faut prendre à droite. Le chemin s'aplanit, on peut un peu pédaler, puis il se redresse à nouveau et on affronte quelques tournants bien pentus. Plus haut, la pente devient moins raide mais quelques passages en dévers sur de l'herbe bien glissante incitent à ne pas remonter sur le vélo. On peut reprendre le pédalage un peu plus loin, et on arrive finalement à ce col niché dans la forêt. Il se trouve à la limite des communes de Peillon et de Peille, une borne sur le sentier marque à la fois cette limite et le col qu'on vient d'atteindre. Le sentier continue jusqu'à Peille, mais je suis revenu par le même chemin.

Col de Lobe, col de l'Autaret

Posté : 09 mai 2021 09:41
par robert
La cime de Roccasiéra est une haute cime escarpée tout en haut du Paillon de Contes, qu'elle sépare de la Vésubie. Elle est flanquée du FR-06-1225 Col de l'Autaret à l'ouest et du FR-06-1270b Col de Lobe à l'est. Les FR-06-1106 Baisse de Paillon, FR-06-1261 Bouche de Couto, FR-06-1224 Bouche de Bet côté col de Lobe, et FR-06-1040b Baisse de Briquet après le col de l'Autaret peuvent être aisément joints à la visite.
J'ai effectué ce parcours lors de deux sorties différentes, je n'ai donc pas parcouru le sentier entre les deux cols, mais il est fréquenté par les vététistes et ne semble pas présenter de fortes pentes, il n'y a a priori pas de mauvaise surprise à craindre de ce côté-là.
Lobe.JPG
Le parcours commence au col de la Porte, au dessus de Lucéram. Au col même une piste part sur la gauche, et on arrive rapidement à la baisse de Paillon (au fond sur la photo. On voit la piste venant du col de la Porte sur la gauche). La piste continue par une rude montée après laquelle il ne faut pas se laisser tenter par les pistes à droite qui ne mènent nulle part mais affronter courageusement le sentier qui monte raide le long de la cime du Plan Ribert. Arrivé en haut on se retrouve sur un petit plateau herbeux.
Le sentier continue droit vers le col de Lobe mais avant d'y aller il faut rejoindre à vue la bouche de Couto. Il n'y a pas de sentier mais la progression dans le sous-bois n'est pas difficile. Une fois redescendu au sentier, le col de Lobe est tout proche. Il faut ensuite faire très attention de ne pas rater le petit sentier qui part à droite. Il descend dans un ruisseau et remonte l'autre versant. Il m'est arrivé de le perdre car il est vraiment très ténu, mais finalement on arrive à la bouche de Bet, où il faut faire demi-tour. A noter que ces deux cols, bouche de Couto et bouche de Bet, bien que très proches du col de Lobe, ne se trouvent pas sur la crête Paillon-Vésubie mais entre deux vallons de la Vésubie.
Photos du col de Lobe : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/182
Comme je le dis plus haut, je n'ai pas parcouru la portion entre col de Lobe et col de l'Autaret, je continue donc ci-dessous avec la description de mon autre sortie en direction du col de l'Autaret.
Pour rejoindre mon objectif du col de l'Autaret, je choisis de passer par Levens et le Mont Férion. Après avoir basculé côté Coaraze, je descends vers la baisse de la Minière, d'où je commence à apercevoir le col de l'Autaret (sur la gauche de la crête en haut). Je continue ma descente jusqu'au col Saint-Michel où j'entame une partie difficile. Je monte par un sentier très raide vers le hameau de Rocca Sparviera, où la chapelle est le seul édifice restauré au milieu des ruines de l'ancien hameau. Après le hameau la suite n'est pas vraiment facile. On monte à flanc le long de la crête des Graus. Je perds le sentier un peu et je dois m'escrimer dans la végétation mais j'arrive enfin au col de l'Autaret, qui se trouve au milieu d'une vaste étendue herbeuse.
Au milieu de toute cette herbe, il faut un peu chercher le départ du sentier vers la baisse de Briquet. Il descend très fort sur le versant nord de la cime de l'Autaret. La baisse de Briquet, qui est elle aussi Vésubie-Vésubie, n'a rien de spectaculaire. Le sentier continue à descendre ensuite vers le collet de Boiera que le club des Cent Cols situe sur le tertre à côté alors que la balise est placée sur l'échancrure de la crête. Frustrant :). De là, j'ai choisi de descendre plein sud vers la piste du Col Saint-Michel pour rejoindre Duranus. Je n'ai plus eu après qu'à remonter à Levens pour rentrer par le chemin de l'aller.
Photos du col de l'Autaret : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/179
Trace du parcours :

Baisse de la Graou, Col Saint-Pierre

Posté : 09 mai 2021 11:33
par robert
Pour compléter l'article sur la cime de Roccassiéra, deux petits cols voisins.
Tout d'abord la FR-06-0856a Baisse de la Graou. Elle se trouve en contrebas du col de Lobe, entre deux petits vallons du Paillon donc, juste au-dessus de la "Route du Soleil". Pour aller au plus vite on pourrait envisager de se hisser jusqu'au col depuis la route, mais ce n'est pas rigolo alors on va l'atteindre par le sentier qui part du Col Saint-Roch.
Graou.JPG
Au col Saint-Roch, en arrivant du col de Savel, il y a à gauche une piste, juste avant le croisement avec la route de Lucéram. Elle se transforme ensuite en sentier, avec quelques petits lacets un peu plus loin. Le sentier n'est pas trop dur et finit par arriver en vue du col, même s'il reste quelques obstacles à franchir. Une fois à la baisse de la Graou, on peut dégringoler le sentier jusqu'à la route de Coaraze pour rentrer à Nice.
Photos : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/158
Ensuite, le FR-06-1012 Col Saint-Pierre. Il se trouve sur le versant nord du vallon de la Peïra, dont la cime de Roccassiéra occupe le versant sud.
Saint-Pierre.JPG
A Saint-Jean la Rivière on monte tout en haut du village, d'où part le sentier vers le col Saint-Pierre. On monte un moment le long du vallon de la Peïra, le sentier n'est pas trop dur mais j'ai quand même mis une heure et demi pour le monter. Quand on arrive enfin au col, il y a quelques bâtiments ainsi qu'une chapelle. La descente rejoint la route de la Vésubie au Suquet. Elle m'a paru relativement faisable et je me suis même demandé si des vététistes chevronnés (dont je ne suis pas) pourraient la faire sur le vélo. Avis aux amateurs.
Quant à moi j'ai continué ma sortie par la route vers Pélasque, ce qui m'a permis de prendre une jolie vue du col que je venais de descendre.
Photos : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/186

Valdeblore sud

Posté : 11 mai 2021 09:20
par robert
Le Valdeblore est une large vallée latérale de la rive gauche de la Tinée. La route qui le remonte traverse une succession pratiquement ininterrompue de petits villages, jusqu'à la Colmiane, une station de ski qui occupe l'emplacement du FR-06-1500 Col Saint-Martin, à cheval entre Tinée et Vésubie. Au sud, le Valdeblore est d'abord dominé par le Mont Viroulet, qui le sépare du vallon d'Ullion, autre affluent de la Tinée. Plus à l'est, la crête culmine au Caïre Gros après lequel elle se retrouve au dessus du village de Venanson et donc de la Vésubie. Sur ce versant sud du Valdeblore, le club des Cent Cols recense neuf cols (et même dix si on termine à la Colmiane) qu'on peut enchaîner facilement.
Colmiane.JPG
Après une longue remontée depuis Nice par les vallées du Var et de la Tinée, je commence mon parcours proprement dit à Marie, un joli village perché au dessus de la Tinée. La route traverse le village pour céder la place à la piste un ou deux kilomètres plus loin. La montée est bien pentue, la piste semble avoir été cimentée par endroits, mais de toute façon, avec tous les cailloux qui la recouvrent, elle est plutôt adaptée aux VTT.
En approchant de la crête, je commence à apercevoir le col de Clamia de son côté sud (j'y arriverai de l'autre côté). A la fin de la piste de la Clamia, on rejoint une petite route qui continue à monter jusqu'au FR-06-1301 col de la Séréna (c'est un petit col entre la crête principale du Mont Viroulet et un monticule du Valdeblore). Là, j'ai été tenté par l'indication "Belvédère de la Séréna", un court sentier y mène et je n'ai pas regretté le crochet.
Quand on arrive au col de la Séréna, il y a sur la droite une esplanade qu'il faut traverser. On y retrouve une piste qui descend un peu puis remonte de plus en plus jusqu'à une rude rampe finale qui aboutit au FR-06-1328a Col de Clamia. Là je fais demi-tour pour reprendre au col de la Séréna la piste qui en un kilomètre amène au FR-06-1300 collet du Puei. A ce col, il faut faire attention de prendre la piste de droite, celle qui passe au-dessus de la maison. Trois kilomètres plus loin on arrive à une épingle, puis à une autre deux kilomètres après. Quelques centaines de mètres plus loin part sur la droite une piste indiquée "Vacherie de Marie". Elle est très très raide au début, j'ai dû pousser, mais on arrive à remonter sur le vélo avant le FR-06-1736 Col de la Madeleine, qui se trouve sur la crête à l'est du Mont Viroulet, et duquel on découvre une vue très étendue vers le sud, jusqu'au Cheiron.
On continue sur la crête en direction du Caïre Gros. Le sentier principal descend un peu sous la crête. J'aurais peut-être pu en faisant attention rester en haut sur un autre sentier, mais rien de grave, il suffit de remonter le pré à la fin pour arriver au FR-06-1900 Col des Deux Caïres, ainsi nommé car il se trouve entre le Caïre Gros et le Caïre Petit, par où on arrive, et sur lequel se trouve un petit fortin.
Le sentier descend ensuite dans la forêt, sous le versant nord où je suis un peu embêté par des restes de neige. Je retrouve la crête de l'autre côté du Caïre Gros, d'où l'on domine maintenant la Vésubie et le vallon de Venanson (Tête de Siruol à droite). Le FR-06-1710 Col du Varaire se trouve sur cette crête. De ce col, il faut prendre le sentier sur la droite, et ne pas rater celui qui part à gauche juste un peu plus loin. On traverse un pré qui serait à peu près cyclable si les vaches ne remuaient pas la terre comme à plaisir et on arrive, après une petite montée et une courte descente, au FR-06-1740 Col du Faut, toujours sur la crête Tinée-Vésubie.
Au col du Faut, on prend la piste qui monte à droite pour aller vers le col de la Colmiane. Elle passe juste en dessous du Pic de la Colmiane, où l'on peut monter profiter d'une jolie vue sur tout Valdeblore. On arrive en descente au FR-06-1641 col de Colmiane qui se trouve lui entre deux vallons de la Vésubie. Du col de Colmiane, on tourne à gauche et on descend jusqu'à une difficile dernière rampe en haut de laquelle on arrive au dernier col, le FR-06-1581 Col du Suc. Il se trouve entre le Pic de la Colmiane et une petite colline, le Suc, qui marque la fin de la crête Tinée-Vésubie, avant qu'elle ne s'achève au col Saint-Martin.
Il ne reste là plus qu'à descendre à la Colmiane, puis à Saint-Martin ravagé, avant d'enchaîner sur la longue descente de la Vésubie jusqu'à Nice.
Mes photos de la sortie : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/199
La trace du parcours :

Mont Férion

Posté : 24 mai 2021 09:53
par robert
Le Mont Férion se situe au nord de Nice, en bordure du Var et de son confluent avec la Vésubie. Il étire sa longue crête du FR-06-0628 Col de Châteauneuf au sud jusqu'au FR-06-0999 Col Saint-Michel au nord. S'il faut des kilomètres pour atteindre son sommet depuis le sud, son versant nord est beaucoup plus raide, ce qui lui donne une silhouette caractéristique aisément repérable. Il est bordé à l'est par le Paillon de Contes et à l'ouest par le paillon de Levens (la Banquière), sa partie nord se partageant entre le Var et surtout la Vésubie. De par sans doute cette diversité de versants, le Mont Férion abrite de nombreux cols, de difficultés variées.
Un réseau de pistes qui relie les villages environnants de Levens à l'ouest, Duranus au nord et Coaraze à l'est permet de visiter aisément les FR-06-0999 Col Saint-Michel, FR-06-1175 Baisse de la Minière, FR-06-1079 Col du Fuont Blanca et FR-06-1111b Col du Dragon. Le FR-06-0758 Col de Travail se trouve également sur une piste DFCI, qui monte de Laval pour redescendre vers Sainte-Claire, deux hameaux de Levens. Ce col est aussi le départ des sentiers qui amènent aux FR-06-0915 Col de Rosa, FR-06-0881 Colla Bassa et, un peu plus difficilement, FR-06-0843 Col du Férion. Enfin, une ramification de cette même piste permet d'atteindre le FR-06-0855 Pas de Nougairon, le plus au sud sur la crête.
Férion3.JPG
D'abord les quatre cols situés sur les pistes DFCI. A Levens, il faut tourner à droite au rond-point du stade, puis à gauche un peu plus loin dans le chemin René Pouchol. Après un petit pont dans un virage à gauche, une petite route pentue part à droite le long du ruisseau. Elle se transforme vite en piste et monte au dessus du pré de Levens le long du versant nord du vallon du Rieu, un petit affluent du Var. Au bout du vallon, on arrive dans la Vésubie par le col de Fuont Blanca mais on revient tout de suite côté Var par le col du Dragon. Ce col est suivi d'une petite descente mais on remonte vite vers une épingle où on prend la direction du nord en longeant la crête côté ouest. On passe devant la chapelle Saint-Michel perdue au fond des bois et on retrouve la crête dans un virage qui surplombe Coaraze de très haut. A droite part la piste qui amène vers les autres cols, mais il serait dommage de ne pas faire l'aller-retour vers le sommet du Férion, sur lequel est construit une tour de guet contre les incendies.
Une fois revenu au croisement, on descend une piste le long du versant est et on arrive vite à la Baisse de la Minière, qui se trouve entre le sommet du Férion et la pointe de Séréna au nord-est. La piste repasse côté Vésubie mais retrouve la crête juste après à un nouveau carrefour de pistes. A droite on descend vers Coaraze, mais si on veut aller visiter le dernier col, il faut continuer à gauche direction Duranus. On roule tranquillement dans la forêt et on arrive en descente au col Saint-Michel, lui aussi à cheval entre Paillon à l'est et Vésubie à l'ouest. Les lacets en dessous du col sont assez pentus mais une fois qu'on les a franchis on arrive sans problème à la route de Duranus qu'on rejoint à la sortie du village.

Le Col de Travail peut s'atteindre de deux côtés puisque la piste qui y passe part de Laval et redescend vers Sainte-Claire, deux hameaux situés le long de la route de Nice à Levens. De là part le sentier qui mène à trois cols, tous sur la crête principale du Férion. On commence par monter un beau sentier sur le flanc ouest du Férion. Un kilomètre plus loin, il faut faire attention à prendre un sentier à droite qui arrive rapidement au col de Rosa. On y fait demi-tour pour rejoindre le premier sentier et continuer vers la Colla Bassa. Ici il faut faire attention :!:. On prend la descente vers Laval mais 30 mètres plus loin un petit sentier part à gauche, au niveau d'une marque de peinture (il y a même deux sentiers mais qui se rejoignent vite). Suit une rude montée jusqu'à un petit sommet surmonté d'une antenne. Après l'antenne le sentier descend plus doucement le long de la crête. Il n'est pas très marqué par endroits mais de nombreux petits cairns permettent de ne pas le perdre. On arrive ainsi au col du Férion, du moins son emplacement officiel. En effet, alors que les Cent Cols situent le col sur un passage du sentier sans rien de particulier, on arrive peu après à une selle beaucoup plus large, noyée dans la végétation. On peut se poser des questions, mais peu importe.
De cet endroit, on quitte la direction sud, il faut prendre à gauche et chercher un sentier qui descend vers l'est dans la broussaille. Il n'est pas très facile à trouver, il n'est pas très large, mais il rejoint vite un autre sentier. Là on tourne à droite pour reprendre la direction sud, vers le Pas de Nougairon. Je n'ai jamais pris ce sentier personnellement, il y a apparemment un raccourci pour rejoindre directement le sentier du Pas de Nougairon sans passer par Terraforte, à voir sur place.
Quoi qu'il en soit, pour ceux qui comme moi veulent se rendre directement au pas de Nougairon, il faut passer par Laval, prendre la piste du col de Travail mais tourner à droite au premier embranchement. On monte jusqu'à Terraforte, où se trouve une maison. Sur la piste qui mène à la maison, il y a deux sentiers qui partent sur la gauche. Il ne faut pas prendre le premier, qui est quelques mètres avant la maison, et qui remonte au col du Férion, mais prendre le deuxième, qui part vraiment en face de la terrasse de la maison, et dont le départ est marqué par deux points de peinture bleue. Le sentier qui descend tout droit mène lui au col de Châteauneuf.
Une fois sur le sentier, on suit la peinture bleue. Arrivé sur une espèce de crête, il faut faire attention à prendre à droite. Il y a des cairns, de la peinture bleue, même si le sentier est petit on arrive à le suivre. Enfin on arrive au Pas de Nougairon. Si on est curieux, on peut laisser là le vélo et continuer à suivre le sentier jusqu'à la Croix du Midi et ainsi clore cette visite du Férion.

Photos de mes diverses visites : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/169, http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/201, http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/151
Trace col du Férion depuis Châteauneuf (un peu incomplète vers le col du Férion malheureusement) :

Autour du Férion

Posté : 26 mai 2021 08:32
par robert
Quelques mots sur trois autres cols tout proches du Férion.

Le FR-06-0565 Colla Partida et le FR-06-0585 Bouche Payro se trouvent sur une même petite crête (Colla Partida à gauche, Bouche de Payro très peu marquée, à droite dans les arbres) qui forme un repli sur le versant ouest du Férion. A l'est elle descend comme le Férion vers le Paillon de Levens, à l'ouest elle se situe en haut du vallon de Saint-Blaise qui descend vers le Var.
Colla Partida se trouve au centre d'un réseau de pistes venant de Sainte-Claire, de la Grau, de Tourrette-Levens ou de la Gipasse sur la route de Saint-Blaise, elle s'atteint donc facilement (un peu moins par la Gipasse où la première rampe est excessivement raide). L'accès à la Bouche de Payro, qui démarre de ce col, est rendu beaucoup plus ardu par l'absence de sentier et la végétation qui recouvre toute la colline.
Il y a pourtant un sentier qui part vers le nord à Colla Partida, mais il ne va que jusqu'à une petite clairière où, quand je suis passé, des cabanes avaient été construites, j'imagine pour amuser des enfants. Après ça, il faut se débrouiller comme on peut pour progresser en direction du col. Le moins malaisé est d'essayer de se tenir sur la crête le plus possible. On alterne entre des moments où on peut avancer sans trop d'obstacles et d'autres où il faut essayer de trouver le moyen le moins pire de contourner la végétation. On finit par arriver à ce qui semble être la Bouche de Payro.
Pour repartir il est tentant d'essayer de descendre le talus vers la piste de Sainte-Claire qui semble proche, mais la végétation est si touffue que je me demande si ce n'est pas pire que de faire demi-tour. La présence de nombreux petits murs en pierre maintenant noyés dans la forêt permet en tout cas de constater que le site devait être beaucoup plus utilisé à l'époque.

Le FR-06-0500 Collet de Saint-Esprit se trouve entre deux vallons de la Vésubie, sous le versant nord du Férion. On y accède depuis la route de Duranus. En descendant de Levens, quand la montée reprend on traverse un pont, suivi d'une épingle vers la gauche. Juste après, un peu avant Duranus donc, part à droite le sentier vers la Mine de l'Eguisse. On arrive bientôt à une bifurcation où il faut prendre le sentier de droite (attention, la balise a l'air de dire le contraire). L'accès au Collet de Saint-Esprit, une petite esplanade herbeuse où se trouvent les ruines d'une maison, se fait ensuite sans trop de mal. Au col, un sentier est censé remonter direction ouest et rejoindre celui de la mine de l'Eguisse, mais je n'ai pas réussi à le trouver.
Photos du Collet de Saint-Esprit : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/176

Col du Jas de Madame, Pas de l'Aï

Posté : 31 mai 2021 10:11
par robert
A l'ouest des Alpes-Maritimes, entre le Loup au Nord et la mer, il y a un territoire de collines, occupé par les communes de Villeneuve-Loubet, Roquefort-les-Pins, la Colle-sur-Loup, … On y trouve trois cols répertoriés qui, s'ils ne sont pas les plus hauts, ne sont pas non plus les plus faciles à atteindre.
Aï carte.PNG
Le FR-06-0115 Col du Jas de Madame paraît tout proche de la route de la Vanade, mais quand j'ai voulu m'y rendre je me suis rendu compte que la route se terminait à l'intérieur d'un centre hippique. J'ai donc changé mon fusil d'épaule et utilisé un autre accès depuis le village de Biot. Il faut tourner à droite au feu qui se trouve à la sortie du village, après les deux épingles et prendre à gauche en bas de la descente dans le chemin de Roquefort. Après une rampe bien raide, puis une deuxième encore plus raide, on arrive à une esplanade en hauteur, où une belle vue porte vers le nord jusqu'au plateau de Caussols et au Puy de Tourrettes. De là il faut descendre une piste caillouteuse jusqu'à celle du Jas de Madame qui part sur la droite. Après une petite rampe bien pentue, on arrive au col.
Comme je voulais rejoindre la route de Roquefort pour aller au pas de l'Aï, je ne suis pas retourné par le chemin de l'aller, mais je ne pense pas que mes pérégrinations m'aient fait gagner beaucoup de temps. En tout cas, après le col, je continue un peu la piste qui semblait vouloir rejoindre la route mais suis vite bloqué par un portail. Après avoir fait demi-tour, je rejoins la première piste et continue à la descendre. A un carrefour je tourne à droite car la piste de gauche a l'air de ramener vers le centre hippique qui m'avait arrêté la première fois. Je descends une piste agréable dans la forêt, je rejoins une route goudronnée mais là je tombe à nouveau sur une interdiction d'accès. Je remonte un peu jusqu'au premier sentier à droite, que je descends au milieu des bourbiers laissés par les pattes des chevaux. Après un petit passage à gué, je me retrouve au milieu d'un camping d'où je peux m'échapper vers la liberté, ouf.

Le FR-06-0305 Pas de l'Aï se trouve dans des fourrés touffus à proximité du cimetière de Roquefort-les-Pins. On poursuit la rue du cimetière jusqu'à une barrière où on se trouve face à une pancarte peu accueillante. On continue l'air de rien en sifflotant les mains dans les poches jusqu'à une espèce de petite clairière, juste avant un portail qui de toute façon barre la route. Deux sentiers semblent partir sur la droite, il faut prendre le deuxième et s'enfoncer dans les broussailles. A une patte d'oie, il faut tourner à gauche et juste après escalader un petit muret. En haut du muret le sentier continue vers la droite et on arrive finalement après avoir enjambé quelques arbres morts à l'emplacement du col, qu'il est difficile de distinguer au milieu de la végétation environnante.

Il ne reste plus qu'à repartir dans l'autre sens, et à redescendre vers Villeneuve-Loubet pour aller "grimper" le FR-06-0039 Col des Grailles, si on ne l'a pas déjà conquis.

Trace gpx :

Vésubie - Bevera

Posté : 15 juin 2021 07:36
par robert
Le crête entre la Vésubie et la Bévéra s'étend de la cime de Rocaillon au sud jusqu'à la pointe des Trois Communes au nord. Elle est longée par une route qui permet un accès facile aux neuf cols qui la traversent.
Vésubie.PNG
On atteint cette crête en remontant la vallée du Paillon jusqu'à Lucéram. Il y a deux routes à la sortie de Lucéram mais les deux se rejoignent à la FR-06-1372 Baisse de la Cabanette qui constitue le premier col sur la crête. Un kilomètre plus loin une petite route pentue sur la droite amène à une vaste esplanade qu'il faut traverser vers la gauche pour trouver la piste qui conduit rapidement au FR-06-1445a Pas de la Grau. La même piste ramène à la route qu'il faut suivre pendant un kilomètre et demi jusqu'à une piste sur la droite qui permet d'atteindre facilement la FR-06-1508 Baisse de Peïra Cava.
On quitte la piste principale qui descend vers Moulinet pour prendre à gauche la direction de la baisse de Patronel. La piste est cyclable mais difficilement et il faut mettre pied à terre avant d'arriver à la FR-06-1572 Gorge de Tenne. On continue en poussant le vélo le sentier qui monte raide, jusqu'à ce qu'il devienne plus facile et qu'on puisse pédaler jusqu'à la FR-06-1607a Baisse de Patronel, d'où l'on rejoint facilement la route.
On continue sur la route jusqu'au FR-06-1607b Col de Turini. Là il ne faut descendre ni vers Moulinet ni vers la Bollène mais prendre la montée vers la station de Camp d'Argent, qui amène à la FR-06-1737 baisse du même nom puis à la FR-06-1889 Baisse de Tueis.
A cet endroit la route se sépare en deux, il faut prendre la montée de droite en sens interdit qui passe au FR-06-1989 col de Mille Fourches (un intrus dans cet article puisqu'il se trouve entièrement côté Bevera) et qui arrive au monument marquant le sommet de la boucle de l'Authion. De là il faut prendre la piste qui monte vers la redoute des Trois Communes, prendre à gauche en contrebas de la redoute et continuer le long des casernements en ruine jusqu'à la FR-06-2055 Gorge des Montjoies, qui est le dernier col de la crête, juste avant la pointe des Trois Communes.
On fait ensuite le même chemin en sens inverse pour rejoindre la route et rentrer à Nice rien qu'en descente.

Album photos : http://cathie.charbonnier.free.fr/piwig ... tegory/203
Trace gpx :